******aa*******
Les chiffres clés de l’apiculture en Grand Est



Déclaration de ruchers

  • Le bilan des déclarations de ruchers 2018 place la région GRAND EST en 2e position des régions avec le plus d’apiculteurs (et 5e position des régions avec le plus de ruches), avec 6.679 apiculteurs possédant 139.859 ruches.


  • Déclarations de rucher en France (2018)

  

                                              


 



Bilans des saisons apicoles 



Bilans des pertes de ruches en hiver
  • Depuis 2010, la Chambre d’Agriculture d'Alsace suit les pertes hivernales et les événements sanitaires en apiculture.
  • Depuis 2015, l'ADA Grand-Est étend ces enquêtes à la région Grand-Est, en partenariat avec le réseau COLOSS (Prevention of COlony LOSSes) qui coordonne au niveau international la lutte contre les pertes de colonies. Ce réseau permet de conduire ces enquêtes de façon harmonisée et donc de comparer les résultats entre eux.


 

Informations sur les territoires du Grand-Est

(Chiffres de la déclaration 2018)


Alsace

  • 40 000 ruches (déclaration 2018)
  • 4,3 ruches/km²  (étude ONIFLHOR de 2005)
  • 8 miels différents

- 5 miels de crûs : acacia, tilleul, châtaignier, sapin et bruyère callune

- 3 miels poly-floraux : fleurs, forêt et montagne.

  • Production de miels certifiés
  • 2.200 apiculteurs de loisirs
  • 56 apiculteurs pluriactifs (+ de 50 ruches)
  • 33 apiculteurs professionnels (+ de 200 ruches)

 

Lorraine


  • 49 000 ruches (déclaration 2018)
  • 2.900 apiculteurs de loisirs
  • 66 apiculteurs pluriactifs (+ de 50 ruches)
  • 44 apiculteurs professionnels (+ de 200 ruches)


Champagne Ardenne


  • 50 000 ruches (déclaration 2018)
  • 1.200 apiculteurs de loisirs
  • 105 apiculteurs pluriactifs (+ de 50 ruches)

  • 62 apiculteurs professionnels (+ de 200 ruches)




Quelques repères économiques

  • 15 à 35 kg : production moyenne d’une ruche de miel
  • 5 à 20 % de pertes de ruches au cours de l’hiver (voir les bilan des enquêtes pertes hivernales)
  • 10 à 20 % d'affaiblissement et de pertes en saison (essaimage, perte de reine, suspicions d'intoxications, …)
  • 400 € : coût de la perte d’une ruche (essaim 150 €, perte de production/an 200 €, divers 50€). 


Production d'essaims pour la saison suivante. (c) Ballis A



Les pratiques apicoles en Alsace

Forte d’environ 2.500 apiculteurs, la filière apicole alsacienne permet une production annuelle « moyenne » estimée à 1.000 Tonnes de miels. Cependant, la production annuelle d’une ruche est très variable, avec des écarts de 1 à 10 selon les conditions météorologiques de l’année ou encore le mode d'apiculture pratiqué (ruches transhumantes ou sédentaires, race d'abeille, soins apporté aux ruches, etc.). 

Voici quelques données moyennes observées en Alsace :

 

Production moyenne

Ruche sédentaire

14 Kg / ruche*

Ruche transhumante

22 Kg / ruche*

Ruche transhumante dans les exploitations professionnelles

20 à 30 Kg / ruche

Prix moyens (2014)

Vente directe

8 à 14 €/Kg (hors miel de sapin)

13 à 19 €/Kg (pour le miel de sapin)


Label Bio :

12 à 15 €/kg (pour le miel AB, hors sapin)**

17 à 19 €/kg (pour du miel de Sapin AB)**

Vente en gros

De 5 à 10 €/Kg

Production de miels en Alsace

Sources : * Confédération Régionale des Apiculteurs d’Alsace ; **OPABA

 


L’enquête sur les pertes hivernales conduite en 2011 a relevé quelques informations sur les pratiques apicoles alsaciennes.

Trois grands profils « d’apiculteur alsacien » se distinguent

  • L’apiculteur ayant moins de 25 colonies travaille avec des abeilles d’origine locale (80%) ou Carnica (16%). Un tiers a choisi le format de ruche Dadant, un autre tiers le format Langstroth et 12% la ruche Alsacienne. Le reste est constitué d’une grande diversité de modèles.
  • L’apiculteur ayant entre 25 et 100 colonies utilise préférentiellement des reines sélectionnées, principalement issues des souches Carnica et Buckfast. Ce choix permet de profiter de comportements optimaux ainsi que d’une certaine homogénéité dans leurs ruchers (capacités de récoltes mais aussi douceur ou résistances aux maladies). Ses modèles de ruches favoris sont la Zander et l’Alsacienne (32 et 34%), suivies de la Dadant et de la Langstroth (19 et 6%).
  • L’apiculteur ayant plus de 100 colonies utilise surtout la Dadant (59%), la Zanders et la Langstroth. Ses reines proviennent de souches Carnica et Buckfast et sont élevée avec grand soin dans des nucleis (miniplus®, Apidea® ou ruches partitionnées), afin de renouveler son cheptel.

Remarque : ce n’est pas « une race » qui est bonne en soit, mais une lignée, issue du travail d’un éleveur/sélectionneur. Il y a de « bonnes » reines Buckfast, Carnica ou autre, comme il y en a de mauvaises (tout dépend de la sélection qui est réalisée, ainsi que des critères de sélection choisit).



Informations nationales :