******aa*******
BILAN DES ENQUÊTES PERTES HIVERNALES en région


Depuis 2010, la Chambre d’Agriculture d'Alsace suit les pertes hivernales et les événements sanitaires en apiculture.

Depuis 2015, l'ADA Grand-Est étend ces enquêtes à la région Grand-Est, en partenariat avec le réseau COLOSS (Prevention of COlony LOSSes) qui coordonne au niveau international la lutte contre les pertes de colonies. Ce réseau permet de conduire ces enquêtes de façon harmonisée et donc de comparer les résultats entre eux (voir ci dessous).



=> Consulter notre Résumé des résultats obtenus de 2010 à 2019.

Pertes enregistrées en Grand-Est :



Pertes enregistrées en Alsace :


* Le terme "Non-valeur" désigne une ruche ayant survécu à l'hiver mais qui ne pourra pas se développer normalement au printemps sans intervention de l'apiculteur, suite à un problème concernant la reine, à une maladie ou à un affaiblissement trop important de sa population (moins de 5.000 abeilles environ).



=> Consulter nos bilans détaillés pour chaque année :

  • printemps 2019 : MORTALITES_Bilan_enquête_pertes_hivernales_GRAND-EST_2019
    • Nous remercions les 1.077 participants à l’enquête sur les pertes de colonies d’abeilles domestiques (Apis mellifera) au cours de l’hiver 2018-2019 en région Grand-Est. Le taux de participation atteint 16% des apiculteurs de la région et couvre le devenir de 24.695 ruches soit 18% des ruches déclarées. Grâce à vous nous pouvons atteindre nos objectifs :
    • Mesurer les pertes de ruches de façon objective et vous présenter une image représentative de la situation régionale : les pertes au printemps 2019 sont en moyenne de 7,1% de ruches mortes et 6% de ruches non-valeur (Partie 1)
    • Identifier les facteurs reliés aux fortes pertes : Choix du médicament contre le parasite Varroa ; Date de mise en place du médicament ; Nombre de ruches de l’apiculteur (les pertes sont plus fortes chez les « petits » apiculteurs) ; Pratique de la transhumance (les pertes sont plus fortes pour les ruchers sédentaires) ; Secteur géographique (les pertes sont plus fortes en Lorraine). Voir Partie II.
    • Identifier les pistes d'actions pour les minimiser (Partie II).


Synthèse

Depuis quelques années, une mortalité accrue des colonies d’abeilles semble atteindre tous les continents et en particulier ceux de l’hémisphère Nord. En parallèle, un déclin général des insectes pollinisateurs est reporté dans différents pays. En 2006, le terme de « syndrome d’effondrement des colonies » (C.C.D., en anglais) a fait son apparition, décrivant un phénomène inexpliqué et de grande ampleur qui conduit à la fragilisation du cheptel apicole mondial (les ruches sont retrouvées vides de leurs ouvrières, sans cadavre dans ou devant la ruche).

L’Europe est également concernée par des phénomènes de fortes mortalités de colonies d’abeilles. Outre les décès de colonies d’abeilles pendant l’hiver, d’autres phénomènes sont relevés : affaiblissement en cours de saison, augmentation du nombre de cas de « ruches bourdonneuses » ou encore baisse de fertilité chez les faux-bourdons.

Les enquêtes conduites en Alsace/Grand-Est collectent des informations sur le devenir de plusieurs milliers de ruches. Il ressort de ces informations objectives remontant « du terrain » que les principaux facteurs corrélés aux pertes hivernales sont les suivants :

  • Choix de la stratégie de lutte contre le Varroa
  • Date de mise en place des traitements Varroa
  • Force des colonies hivernées


L’infestation par Varroa est un paramètre essentiel pour expliquer les pertes hivernales.

Ce n’est pas le seul paramètre, mais c’est le plus influant (voir le Mémento de l’apiculteur en page 5, "Des causes multifactorielles). Lutter efficacement contre le Varroa est la première des actions à mener pour maintenir la santé des abeilles. Ce n’est pourtant pas une lutte aisée.


En résumé, les principes essentiels pour vous assurer d’un bon démarrage de vos ruches au printemps sont :

  1. Hiverner des colonies fortes (C'est-à-dire minimum 1.8kg d’abeille soit 6 cadres Dadant couvert sur leurs 2 faces – Ref. Southwick E 1985 – Cf. formation "Mise en hivernage")
  2. Et correctement déparasitées (c’est-à-dire traitées suffisamment tôt contre Varroa et à l’aide de médicaments efficaces),
  3. Choisir judicieusement le rucher (site abrité de l’humidité et du vent, exposé au soleil et à proximité de ressources alimentaires tardives et précoces).





PERTES HIVERNALES EN France - DGAL
 
Rapports des enquêtes nationales sur les pertes de ruches :



PERTES HIVERNALES EN EUROPE - COLOSS

L'association COLOSS (Prévention de la perte de colonies d'abeilles) propose un protocole d’enquête homogène entre les différents pays réalisant des enquêtes sur les pertes de ruches. Cela permet la bonne comparaison des données recueillies.

Cette association regroupe chercheurs et responsables du développement apicole de 54 pays différents. COLOSS a établi un réseau d'enquêtes par pays, couvrant une grande partie de l'Europe, des États-Unis, de certains pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.


Carte COLOSS de perte de colonies d'abeilles interactive - par pays et par année.