******aa*******
MESURE DE L'INFESTATION VARROA - Etude participative

Titres :

  • Des ruchers passés au peigne fin à la sortie d'hivernage 2018/2019 !
  • Comparaison des méthodes de lavage au TEEPOL / à l'alcool (lave glace hiver).
  • 1er bilan collectif de l’infestation varroa en Grand-Est – fin mars 2019





La sortie d'hiver est considérée comme une période clé pour évaluer la charge parasitaire dans vos ruches.

Suivre l'infestation varroa dans vos ruchers est devenu indispensable pour appréhender sereinement votre saison apicole.

Ne subissez plus varroa, devenez acteur !
OBJECTIF pour l’apiculteur : un taux de 0 VP/100Ab en sortie d'hivernage !
Si le Nb de VP/100Ab moyen de votre rucher est supérieur à 1 = DANGER !


 
Si je ne mesure pas VP/100Ab
  • Je suis aveugle, je ne comprends pas varroa sur mon exploitation
  • Je ne peux pas confirmer ou réfuter la cause varroa lorsqu’un rucher dysfonctionne
  • Je ne sais pas si mon traitement est efficace

Si je mesure VP/100Ab

  • Je peux mettre en place une stratégie de lutte par rucher
  • En sortie d’hiver, je connais les charges en Varroas de mes différents ruchers et je peux agir en fonction
  • Je peux expliquer le dysfonctionnement d’un rucher
  • Je peux savoir si mon traitement a été suffisamment efficace
  • Je peux anticiper / m’adapter...




Des ruchers passés au peigne fin à la sortie d'hivernage 2018/2019 !


En ce début d’année 2019 votre ADA organise une campagne de mobilisation autour de la mesure de l’infestation de l’infestation varroa, par la méthode du lavage d’abeille.

Cette méthode permet de connaitre le nombre de varroa phorétiques pour 100 abeilles (VP/100 pour les intimes).

  1. L’objectif premier est de réaliser un état des lieux de l’infestation Varroa au redémarrage de la saison apicole. Les apiculteurs qui dépassent les seuils limites d'infestation pourront alors intervenir contre le parasite avant le début de la saison.
  2. L’objectif second est d’apporter des données complémentaires à la base de données nationale vp100/ab, initiée par le réseau des ADA. Cette base de données centralise à ce jour plus de 28.000 résultats de comptages de Varroa en France. Cependant, à l’heure actuelle, nous disposons de très peu de données provenant du nord de la France.
En plus des retours d’informations auprès des apiculteurs participants, cette base de données a déjà permis de comparer différentes stratégies de lutte contre Varroa ou de définir un VP/100ab et de prédire des seuils moyens de nuisibilité. Elle permettra à terme une meilleure vision nationale des phénomènes de pression du aux varroas ainsi que de comparer la réalité de l’infestation varroa entre les différentes régions de France.

Un exemple avec cette représentation des données collectées à ce jour :

Source : "Variations annuelles, saisonnières et régionales de la charge en varroa phorétique - Résultats préliminaires de la base de données 2009 - 2018" (13 Septembre 2018) - Rédigé par L. Frontero, A. Maisonnasse, A. Kretzschmar

Comment lire ce graphique en "boite à moustache" ?
Dans la figue 3, les données sont représentées par des "boîtes" de couleurs, appelées "boîtes à moustaches" (ou "Boxplots"). Elles indiquent de façon simple et visuelle quelques traits marquants de la série observée : le trait noir est la médiane (le milieu de la série ; 50% des valeurs se retrouvent de part et d’autre de la médiane) ; la "boîte de couleur" contient 50% (environ) de l’ensemble des observations (25% à gauche de la médiane et 25% à sa droite) ; la longueur des moustaches (ici en pointillés) renseigne sur la dispersion des valeurs observées les plus petites et les plus grandes de la série de données (25% des observations les plus petites et 25% des plus grandes). Les cercles (bulles) représentent les "valeurs extrêmes" qui ne rentrent pas dans la distribution normale des données. Plus de détails ici.



Considérée à tort comme trop laborieuse pour être utile aux apiculteurs ayant beaucoup de rucher, cette méthode permet de se faire une bonne idée de la situation globale du rucher :

  • Repartez-vous sur des bases saines pour la nouvelle saison apicole ? (ré-infestations, échecs de traitements …).
  • Êtes-vous en dessous ou au-dessus du seuil théorique de nuisibilité (seuil au-dessus duquel la présence de varroa risque d'avoir un impact négatif sur la production de miel et sur la survie des colonies jusqu'au traitement de fin de saison).
  • En fonction des résultats, planification des interventions sur leurs colonies afin de repasser en dessous du seuil théorique de nuisibilité.


La méthode simplifiée consiste à ne mesurer que 10 ruches par rucher (ruches choisies au hasard). Les données actuelles obtenues dans le sud de la France démontrer que, même pour de gros ruchers, il est possible de se contenter de réaliser ces mesures estimatives sur une dizaine de ruches seulement pour obtenir un indicateur, certes approximatif, mais cependant utile à l’apiculteur !



Alors, à vos gobelets !


Quand ?

Fin mars / avril 2019. Nous souhaitons obtenir un maximum de données sur la sortie d’hiver. D'autres périodes sont possibles, en fonctions de vos besoins. La période indiquée ici sert à cadre notre étude de début de saison.



Comment faire ?

Les participants mesurent le niveau d'infestation de 300 abeilles adultes (~ 100 ml) dans leurs ruchers (8 ou 10 ruches choisies au hasard par rucher) en utilisant l'une des méthodes standard:  alcool, détergeant ou sucre glace (moins précis).

Les informations sur l'emplacement (la commune) du rucher, le nombre de ruches, les derniers traitements effectués, les pertes hivernales subies à l'échelle du rucher et le nombre d'acariens comptés dans chaque ruche sont ensuite envoyée à l'ADA via la FICHE DE SAISIE TERRAIN.


Mesure du nombre de VP/100 abeilles (= nombre de varroas phorétiques pour 100 abeilles adultes).


1. Prélèvement d’abeilles (≈300 abeilles = 100mL = 40g environ) sur un cadre de couvain ouvert au stade L5 (grosses larves avant operculation(important ! essentiel !). Vérifiez bien l’absence de la reine (elle ne doit pas être prélevée).

Voir méthode ci-dessous.
  • Utiliser un récipient jaugé à 100mL pour prélever les abeilles.
  • Les abeilles prélevées seront pesées (précision souhaitée :0,1g) pour améliorer la précision de la mesure.

consultez la fiche technique de l'ADANA


2. Lavage et comptage des Varroas.Nous vous conseillons la méthode au "Teepol" ou "à l'alcool" (voir méthodes ci-dessous).

3. Détermination
du nombre de varroas pour 100 abeilles :
  • VP/100ab = 100 x Nb Varroa comptés x (0,14 / le poids des abeilles prélevées)

4.
Réaliser cette mesure sur 8 à 10 ruches par rucher (minimum). Considérer la moyenne comme un indicateur de l'infestation de ce rucher.

 
Recommencer sur tous les ruchers où vous souhaitez être informé sur la situation vis-à-vis de Varroa.


Exemple : je prélève 40g d'abeilles sur deux cadres de couvain ouvert, je lave et compte 10 varroas. La formule me donne : VP/100ab = 100 x 10 varroas X (0,14 / 40g) = 3,5 varroas pour 100 abeilles (conclusion : c'est énorme pour le mois d'avril !))

Remarque : Vous pouvez bien sur réaliser cette mesure sur l'intégralité de vos ruches, si vous en avez le temps. C'est l'idéal. Le principe de ne mesurer que 10 ruches par rucher permet aux professionnels de bénéficier d'un bon indicateur global pour le rucher.

Pourcentages de pertes hivernales et historiques de traitement des ruchers mesurés(il s’agit bien des données pour les ruchers mesurés et pas pour l’ensemble de vos ruchers).


Les documents utiles :


Fiche de saisie terrain - tournée de printemps 2019 (à retourner à notre technicien).


Méthodes de comptage.Plusieurs méthodes sont disponibles :

La méthode « Teepol » - (conseillée) - à concentration 1%

La méthode « Alcool » - (conseillée) - alcool 70% ou liquie "lave glace hiver"

La méthode « sucre glace » - (déconseillée)

La méthode « CO2 » - (déconseillée)

La méthode d’évaluation est à votre choix mais nous vous conseillons la méthode au "Teepol", c'est à dire au détergeant du type "produit détergeant multi-usage". C'est la plus efficace (elle décroche beaucoup mieux les varroas que les autres méthodes). La méthode "à l'alcool" donne elle aussi de très bon résultats est est particulièrement adaptée à ceux qui veulent faire les lavages "au rucher" (voir vidéos ci-dessous). A savoir que la méthode au sucre glace est lente, moins efficace (il reste des varroas), et qu'elle ne laisse pas les abeilles indemnes, contrairement à une idée reçue.



La mise en place de ces méthodes est décrite :



- A lire également :Evaluation de l'infestation par varroa des colonies: Comparaison entre les méthodes au sucre glace et au CO2 (Varroatester) - Un article critique de la revue apicole Suisse.


Conseils divers
  • Un fabricant de matériel français propose à la vente un outil de mesure qui permet de faire ces mesures directement au rucher. Nous l'avons testé, c'est bien pratique ! A condition d'utiliser de l'alcool et non pas du détergeant (moins de mousse, plus de facilité à compter les varroa) et de bien faire attention aux varroas "en suspension dans le liquide" : retirer le panier internet avant de compter. LE PLUS PRÉCIS RESTE LE LAVAGE AU LABO, avec 2 tamis : un qui laisse passer les varroa mais pas les abeilles, un 2e qui ne laisse passer que l'eau.
  • Pensez à récupérer votre solution (alcool ou détergeant) par simple filtration au travers d'un tamis fin ! Ne pas jeter au rucher.


Interprétation des résultats:


  • Voir également les "seuils d'intervention en fonction des méthodes de suivi", en page 3 de notre Fiche Technique n°2(source : thèse de Mallick A., 2013«Action sanitaire en production apicole: Gestion de la varroose face à l’apparition de résistances aux traitements chez Varroa destructor»)
  • Vous pouvez aussi lire les conseils pratiques de Randy Olivier sur son site, en anglais "Scientific Beekeepong", ou dans l'article du dernier INFO'REINES (ANERCEA).




Les périodes clés pour COMPTER


Compter au printemps

-Permet de déceler une pression parasitaire précoce, et d’agir avant le début de la saison.

-Objectif: 0VP/100Ab

-Beaucoup de colonies sont au-dessus de ce seuil !

Compter en fin de saison AVANT traitement

-Connaitre l’infestation en fin de saison

-Pour expliquer le dysfonctionnement, choisir le devenir du rucher (miellée tardive, traitement)


Compter en fin de saison APRÈS traitement

-S’assurer que le traitement de fin de saison a fonctionné, et que la colonie élève des abeilles d’hiver saines

-Objectif: VP/100Ab < 1

-Beaucoup de colonies sont au-dessus de ce seuil !






Le comptage de « VP100ab » permet-il de connaitre le nombre de Varroa dans la ruche ?


Non. Ces deux valeurs sont bien reliée l’une à l’autre, mais pourtant, le lavage d’abeille ne permet pas de faire une estimation du nombre de varroas dans la ruche (« sauf quand il n'y a pas de couvain et que le nombre d'abeilles dans la colonie est connu » précise l’équipe technique de l’ADAPI).« Le nombre de VP/100ab est un indicateur: il mesure « un nombre de Varroa sur 100 abeilles adultes », prises à un instant t dans une colonie ».

Nous avions abordé ce sujet dans le flash abeille n°50 (sept-nov 2018) a partir d’un article scientifique (source : article de Flores, Gil and Padilla (2015) «Reliability of the main field diagnostic methods of Varroa in honey bee colonies» Arch. Zootec. 64 (246): 161-166. 2015). Cet article concluais que :

  • Le comptage des chutes naturelles de varroas au travers d’un plateau grillagé est la seule méthode réellement informative sur la quantité de varroa à l’intérieur de la ruche.

  • Les «lavages d’abeilles» (réalisés au sucre en poudre, à l’alcool ou à l’éther) et les «sondage du couvain» présentent une importante marge d’erreur. Ils peuvent avoir une utilité à titre indicatif pour réaliser rapidement un diagnostic (avec une marge d’erreur).

  • Les «lavages au sucre en poudre» ne délogent pas tous les varroas présents sur les abeilles(en moyenne 76.7% seulement sont délogés, avec une forte variation d’un lavage à l’autre ...), donc l’infestation est sous-estimée, ce qui peut rassurer à tort l’apiculteur sur la situation de ses ruches. De plus, les abeilles qui ont subi un «lavage au sucre en poudre», voient leur survive sérieusement compromise. Contrairement à l’idée reçue, ce n’est pas une méthode non-létale pour les abeilles !


Alors pourquoi utiliser cet indicateur ?

« Pour sa simplicité et sa rapidité tout d’abord. Pour son utilité ensuite ! Nos travaux depuis 2016 avec l'INRA d'Avignon montrent que cette mesure permet de décrire une réponse fonctionnelle dans les modèles descriptif de la performance des colonies où la prédiction de l’évolution de la dynamique de Varroas » précise l’ADAPI.« C’est donc c’est une vision utile de Varroas et c’est cela qui est essentiel pour les apiculteurs ! ». Il faut aussi penser que c’est une mesure qui prend plus de sens dans le contexte de la base de données du réseau des ADA. L’effet de masse des données permet de comprendre mieux l’effet de VP sur le fonctionnement des colonies.










Comparaison des méthodes de lavage au TEEPOL / à l'alcool (lave glace hiver).

Après avoir réalisé la mesure VP100 sur 10 ruches d'un rucher, nous avons relavé une seconde fois les mêmes abeilles avec la seconde solution. Le but était de vérifier qu'il ne restait pas des varroas "non detectés" par le premier lavage.

Résultats :


lavage Teepol
Lavage Alcool (2e lavage)
Rucher 1 0 varroas (total sur 10 ruches) 0 varroas (total sur 10 ruches)
Rucher 2
0 varroas (total sur 10 ruches) 0 varroas (total sur 10 ruches)
Rucher 3
14 varroas (total sur 10 ruches) 9 varroas (total sur 10 ruches)
Rucher 4
0 varroas (total sur 7 ruches) 0 varroas (total sur 7 ruches)


Nous avons également réalisé sur un rucher 2 séries de prélèvements d'abeilles, chacun "lavé" avec l'un des deux méthodes. Il ne s'agit donc pas des mêmes abeilles et il est normal d'obtenir un résultat différent. L'objectif était de vérifier si les résultats était cohérents entre eux ou non.


Lavage Teepol (1er prélèvement d'abeilles)
Lavage Alcool (2e prélèvement d'abeilles)
Rucher 5
22 varroas (total sur 10 ruches) 30 varroas (total sur 10 ruches)


Observations :

  • Les résultats sont très cohérents entre eux. Le lavage à l'alcool semble préférable car plus sensible (? à vérifier : meilleure séparation des varroas accrochés aux abeilles).
  • Un "zéro varroas" est bien un "zéro varroas".
  • Dans le cas des ruchers infestés, nous obtenons bien des valeurs positives de VP100ab. Le chiffre exact varie en fonction du solvant utilisé pour le lavage, mais cela ne change pas le résultat pour les apiculteurs : l'infestation est bien détectée !





  • 1er bilan collectif de l’infestation varroa en Grand-Est – fin mars 2019
  • Bilan national 2009-2018 - Variation de la charge Varroa - 2e synthèse (mai 2019)