******aa*******
MESURE DE L'INFESTATION VARROA - Etude participative


La sortie d'hiver est considérée comme une période clé pour évaluer la charge parasitaire dans vos ruches (source).

Suivre l'infestation varroa dans vos ruchers est devenu indispensable pour appréhender sereinement votre saison apicole.

Deux méthodes pour cela :

1/ Suivre les chutes naturelles de varroas
Méthode : Comptage des chutes de varroas sur langes graissés.

Nécessite minimum 2 passages à 1 semaine d'intervalle (pour la pose du lange puis le comptage 7j plus tard).


Lien vers notre Fiche Technique 2

2/ Suivre la charge varroa sur les abeilles adultes
Méthode : lavage d'abeilles pour évaluer la charge varroa sur les abeilles adultes (mesure du nombre de varroas phorétiques pour 100 abeilles ou "VP/100Ab")
Nécessite 1 seul passage et ne prend que qqs minutes par ruche ... mais cela tue les 400 abeilles collectées.

Lien vers le TUTORIEL      

Nous proposons de travailler sur la seconde méthode.

L'ADA Grand-Est vous apporte son aide :
  • Afin de réaliser ces mesures dans les meilleures conditions, l'ADA Grand-Est propose à ses adhérents un service de comptage de vos échantillons.
    • "Vous prélevez, nous comptons".
    • Envoyez-nous 8 à 10 prélèvement pas rucher, en renseignant impérativement la fiche de prélèvement.
    • Nous vous faisons un retour détaillé de la situation de vos ruches
    • Ces données permettrons également de suivre l'évolution de l'infestation varroas tout au long de l'année et de la région (articles-bilan, anonymisés).





Ne subissez plus varroa, devenez acteur !
OBJECTIF pour l’apiculteur : un taux de 0 VP/100Ab en sortie d'hivernage !
Si le Nb de VP/100Ab moyen de votre rucher est supérieur à 1 = DANGER !

 
Si je ne mesure pas VP/100Ab
  • Je suis aveugle, je ne comprends pas varroa sur mon exploitation
  • Je ne peux pas confirmer ou réfuter la cause varroa lorsqu’un rucher dysfonctionne
  • Je ne sais pas si mon traitement est efficace


Si je mesure VP/100Ab

  • Je peux mettre en place une stratégie de lutte par rucher
  • En sortie d’hiver, je connais les charges en Varroas de mes différents ruchers et je peux agir en fonction
  • Je peux expliquer le dysfonctionnement d’un rucher
  • Je peux savoir si mon traitement a été suffisamment efficace
  • Je peux anticiper / m’adapter...



Des ruchers passés au peigne fin à la sortie d'hivernage !


Chaque début d’année est une "période clé" pour réaliser un suivi de l'infestation Varroa.

Votre ADA organise une campagne de mobilisation autour de la mesure de l’infestation de l’infestation varroa, par la méthode du lavage d’abeille.Cette méthode permet de connaitre le nombre de varroa phorétiques pour 100 abeilles (VP/100 pour les intimes).

  1. L’objectif premier est pour l'apiculteur de faire un état des lieux de l’infestation Varroa au redémarrage de la saison apicole. Il s'agit de savoir objectivement de là où on part pour la saison ! Les apiculteurs qui dépassent les seuils limites d'infestation pourront alors intervenir contre le parasite avant le début de la saison.
  2. L’objectif second est de regrouper ces données individuelles pour avoir des données departementales ou régionales. Cela apporte ensuite des données à la base nationale vp100/ab, initiée par le réseau des ADA.
Cette base de données centralise (fin 2018) plus de 28.000 résultats de comptages de Varroa en France. Cependant, à l’heure actuelle, nous disposons de très peu de données provenant du nord de la France.
En plus des retours d’informations auprès des apiculteurs participants, cette base de données a déjà permis de comparer différentes stratégies de lutte contre Varroa ou de définir un VP/100ab et de prédire des seuils moyens de nuisibilité. Elle permettra à terme une meilleure vision nationale des phénomènes de pression du aux varroas ainsi que de comparer la réalité de l’infestation varroa entre les différentes régions de France.

Un exemple avec cette représentation des données collectées à ce jour :

Source : "Variations annuelles, saisonnières et régionales de la charge en varroa phorétique - Résultats préliminaires de la base de données 2009 - 2018" (13 Septembre 2018) - Rédigé par L. Frontero, A. Maisonnasse, A. Kretzschmar

Comment lire ce graphique en "boite à moustache" ?
Dans la figue 3, les données sont représentées par des "boîtes" de couleurs, appelées "boîtes à moustaches" (ou "Boxplots"). Elles indiquent de façon simple et visuelle quelques traits marquants de la série observée : le trait noir est la médiane (le milieu de la série ; 50% des valeurs se retrouvent de part et d’autre de la médiane) ; la "boîte de couleur" contient 50% (environ) de l’ensemble des observations (25% à gauche de la médiane et 25% à sa droite) ; la longueur des moustaches (ici en pointillés) renseigne sur la dispersion des valeurs observées les plus petites et les plus grandes de la série de données (25% des observations les plus petites et 25% des plus grandes). Les cercles (bulles) représentent les "valeurs extrêmes" qui ne rentrent pas dans la distribution normale des données. Plus de détails ici.



Considérée à tort comme trop laborieuse pour être utile aux apiculteurs ayant beaucoup de rucher, cette méthode permet de se faire une bonne idée de la situation globale du rucher :

  • Repartez-vous sur des bases saines pour la nouvelle saison apicole ? (ré-infestations, échecs de traitements …).
  • Êtes-vous en dessous ou au-dessus du seuil théorique de nuisibilité (seuil au-dessus duquel la présence de varroa risque d'avoir un impact négatif sur la production de miel et sur la survie des colonies jusqu'au traitement de fin de saison).
  • En fonction des résultats, planification des interventions sur leurs colonies afin de repasser en dessous du seuil théorique de nuisibilité.


La méthode simplifiée consiste à ne mesurer que 8 à 10 ruches par rucher (ruches choisies au hasard). Les données actuelles obtenues dans le sud de la France démontrer que, même pour de gros ruchers, il est possible de se contenter de réaliser ces mesures estimatives sur une dizaine de ruches seulement pour obtenir un indicateur, certes approximatif, mais cependant utile à l’apiculteur !




Alors, à vos gobelets !





Les varroas phorétiques ne sont pas faciles à observer


« Le positionnement majoritaire sur la surface ventrale interne du métasome correspond à l’endroit où se situent les plus gros dépôts de tissu adipeux. Ceci permet également de mieux comprendre pourquoi les parasites semblent préférer les nourrices, dont le corps adipeux est plus important que celui des butineuses ».

Statistiques de présence de Varroa – © Varroa destructor feeds primarily on honey bee fat body tissue and not hemolymph – Samuel D. Ramsey, Ronald Ochoa, Gary Bauchan, Connor Gulbronson, Joseph D. Mowery, Allen Cohen, David Lim, Judith Joklik, Joseph M.Cicero, James D. Ellis, David Hawthorne, Dennis vanEngelsdorp



Source https://butine.info/les-varroas-phoretiques-endommagent-le-corps-gras-des-abeilles/